• Le marché des cours privés particuliers

    Le "marché de l'angoisse" des cours particuliers explose

    On l'appelle "le marché de l'angoisse": depuis une
    dizaine d'années, les cours particuliers payants dispensés en dehors de
    l'école explosent en France, symptôme d'une course à l'excellence où
    tous les moyens sont bons.

    Acadomia, KeepSchool, Complétude, Prof à Dom... les publicités
    s'étalent dans les magazines, dans le métro et sur les autobus,
    promettant toutes l'Eldorado. Leurs cibles: collégiens et lycéens en
    priorité, mais aussi élèves du primaire et étudiants.

    Certains établissements proposent même des stages intensifs aux
    vacances, voire des "séjours éducatifs avec hébergement, en campus ou à
    la montagne".

    Leader du marché, Acadomia fait miroiter "5 points de plus en moyenne"
    après 36 heures de cours et affiche une santé insolente.

    Implantée dans une soixantaine de villes, l'entreprise fait travailler
    20.000 enseignants. Elle a triplé son activité depuis son entrée en
    bourse en 2000 (22,5 millions d'euros de chiffre d'affaires pour
    l'exercice 2004-2005).

    "Déjà au XIXe siècle en France, quand l'accès à l'enseignement
    secondaire était étroitement réservé à l'élite sociale, les cours
    fleurissaient. Ils devaient permettre aux enfants de la bourgeoisie de
    « tenir leur rang »", a relevé le sociologue Dominique Glasman dans un
    rapport.

    Aujourd'hui, le marché du soutien extra-scolaire a atteint une
    dimension quasi-industrielle, stimulé par des allègements fiscaux qui
    divisent par deux le prix des leçons, facturées en moyenne 30 euros de
    l'heure.

    Tous les milieux sont concernés, même modestes, partout dans le pays
    mais avec une mention spéciale pour la région parisienne où se
    concentrent les meilleurs lycées et "grandes écoles", que beaucoup
    d'élèves rêvent d'intégrer
    .

    Vendeuse dans un grand magasin de la capitale, Marie-Lise Monestier, 54
    ans, dépense 150 euros par mois depuis septembre pour son fils de 15
    ans, "un peu lent en maths". Les notes ont "bien remonté". Elle dit à
    la fois "investir pour le futur" et acheter "la paix familiale": "la
    bataille au dîner sur les mauvaises notes, c'est fini".

    "Au début, ces cours c'était galère, témoigne son fils Grégory. Mais
    c'est vrai que maintenant ça va mieux en maths. Mes parents ont relâché
    la pression, tout le monde y a gagné".

    Selon un récent sondage, un tiers des parents d'élèves ont déjà payé
    des cours à leur enfant (dont 5% en maternelle) et 80% y seraient prêts
    en cas de besoin, pour pallier des difficultés ou seulement améliorer
    des performances.

    C'est là le paradoxe, dans un pays fier de la gratuité de ses écoles
    instaurée dès la fin du XIXe siècle, mais dont le système éducatif où
    prévalent les classements et les sélections par concours pousse à la
    surenchère.

    Des enseignants, syndicats et politiques ont dénoncé ces nouveaux
    "MacDo de l'enseignement" qui surfent sur la hantise de l'échec.

    "On ne peut toutefois interdire les cours particuliers", remarque le
    sociologue François Dubet. "Les parents savent que leurs enfants jouent
    leur avenir dans le système scolaire. La compétition est brutale et le
    soutien extra-scolaire, c'est comme un dopage", analyse-t-il.

    Si ce boom des petits cours en France semble assez unique en Europe,
    les compléments facturés existent toutefois ailleurs: de la
    Grande-Bretagne à l'Allemagne et la Grèce, en passant par les
    Etats-Unis ou l'Egypte, relève le rapport de Dominique Glasman.

    La palme revient à l'Asie, Japon et Corée du Sud en tête. 60% des
    Japonais de 9 ans fréquentent des "jukus" après la classe, sortes
    d'études surveillées, comme 80% des élèves de certaines écoles à Séoul.
    Dans les "ha-gwuan" coréennes, un adage a cours: "Four Pass, five Fail"
    - "quatre heures de sommeil tu réussis, cinq tu échoues".

     R.A.
    http://ecolesdifferentes.info


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :