• Voleurs d'école

    Voleurs d'école


    La scène se passe en Argentine où plus de 20% des enfants ne sont pas  
    encore scolarisés. Certains parce qu'ils sont trop pauvres ou trop  
    éloignés des écoles, d'autres parce qu'ils sont requis à d'autres  
    tâches : les travaux des champs ou le tri des poubelles, la nuit, sur  
    les trottoirs.

    Au nord du pays, une école perdue au milieu de terres arides :  
    certains enfants ont fait près de deux heures de marche à pied pour  
    venir là. La maîtresse enseigne à une classe de plus de cinquante  
    élèves de huit à dix ans, entassés dans une salle trop petite.  
    Plusieurs sont assis à trois derrière un pupitre prévu pour deux.  
    Pourtant, ils sont infiniment appliqués. Ils écrivent sur leur cahier  
    avec un soin extraordinaire. À la fin de l'exercice, la maîtresse  
    prend la parole pour faire la correction et donner les explications.  
    Elle pose une question : plusieurs mains se lèvent. La maîtresse  
    regarde sa classe, puis tourne un peu la tête. Aux fenêtres ouvertes,  
    une dizaine d'enfants sont accoudés, serrés les uns contre les  
    autres. Écoliers clandestins, ils viennent voler un peu d'école après  
    avoir fini les corvées du matin. Ils se sont occupés des chèvres et  
    ont trié les piments, et, avant de se remettre à la tâche, ont décidé  
    d'aller grappiller quelques bribes de savoir scolaire. La maîtresse  
    les regarde. Elle les connaît bien : ils viennent presque tous les  
    jours en cachette de leurs parents. Elle répète sa question en les  
    regardant. Deux d'entre eux lèvent la main à leur tour. Elle donne la  
    parole à Manuel, le petit berger qui ne fait pas partie de sa classe,  
    mais qui, pourtant, trépigne d'impatience à l'idée qu'il pourrait  
    avoir la bonne réponse...

    Voilà une histoire qui ne surprendra guère les parents des enfants  
    qui vont rentrer dans les petites classes ces prochains jours : ils  
    savent à quel point leurs enfants ont soif de savoir... Mais les  
    parents des plus âgés n'y croiront guère : comment imaginer que des  
    enfants puissent enfreindre une interdiction familiale pour aller à  
    l'école et apprendre ? On sait bien que, passée la première curiosité  
    et à de rares exceptions près, nos enfants ne vont à l'école qu'en  
    traînant des pieds... ou pour voir les copains ! Rarement pour le  
    plaisir d'apprendre.

    C'est que nous sommes une société rassasiée. Et notre école est à  
    notre image. On y défile devant l'étalage des programmes comme on  
    fait ses courses entre les rayons du supermarché : en évitant de  
    perdre du temps et en cherchant le meilleur rapport qualité / prix.  
    Le moins de travail possible pour la meilleure note possible. Rien  
    n'est pire que cette marchandisation du travail scolaire : elle tue  
    le désir d'apprendre et fait de nos enfants des consommateurs  
    d'école... Espérons que la plupart des professeurs sauront, cette  
    année, créer ce désir et faire de nos enfants, à l'instar des petits  
    Argentins, des voleurs d'école.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :